TU QUOQUE FILI !

 » Happy Birthday to you….Happy birthday to you….. »

Tout le monde se souvient de Lino Ventura chantant ce refrain à Raoul Volfoni juste avant de lui coller un bourre-pif d’école.

Et bien je dois dire que l’idée d’une bonne vanne potache à base d’entartrage nous a traversé l’esprit à PKP et moi, et que si Gerg avait fait 30 kg et 20 cm de moins nous n’aurions pas eu le moindre doute. Mais là…

Rajoutez à cela qu’un réflexe soudain aurait pu lui permettre d’éviter l’obus pâtissier qui se serait alors peut être écrasé sur Pierre, Paul ou Jacqueline ? Pour peu que l’on tombe sur un nerveux, la fête aurait pu se transformer rapidement en PSG/OM version meeting de supporters.

Alors pourquoi risquer l’incident à 3 mètres du buffet ?

Bref, on allait faire sobre. D’autant que nous savions que notre présent amoureusement emballé d’un joli papier nounours allait faire mouche (ça sert aussi à ça de s’intéresser aux blogs des autres… Gloranthan Army).

Voici donc le récit des :

Aventures Extraordinaires de PKP et Cafard au Pays des Merveilles de Gerg !

Samedi, 14h02, la PK-mobile s’arrête en dérapage Bld Blanqui dans un bruit de tonnerre. PKP baisse la vitre passager, et je plonge à l’intérieur alors qu’il a déjà entamé son demi-tour.

GPS « on », ceintures « on », Airbag « on », gilets fluo en cas d’accident « on », bonbons Pie Qui Chante à la menthe « on », Metric à fond dans l’habitacle « on » (All the gold !…. And the guns !… And the girls!….), we’re on our way !

Direction : l’aventure… en passant par l’A6.

PKP ne conduit pas, il pilote. Il vole littéralement sur l’asphalte, la PK-mobile avalant les km tel un oiseau de proie du Mékong. Peut-être un Didi-Maho à bec corné ou un Trô-Bokou, au choix.

Nous arrivons pile in time chez Gerg, non sans avoir été à demi agressé en chemin par deux individus de type dangereux, deux petites vieilles, qui avaient feint la panne de voiture sous la pluie battante et nous faisaient des grands signes afin de nous obliger à stopper notre véhicule. Evidemment, deux vieilles dames implorant de l’aide parce qu’en panne sous la pluie sur une route isolée de campagne à l’approche de la nuit alors que les loups commençaient à sortir des bois environnants, allons, allons, pas à nous. Le piège était grotesque.

PKP eu les bons réflexes. Il centralisa la fermeture des portes, puis accéléra subitement après s’être quasiment arrêté. Dans le rétroviseur, nous vîmes alors très clairement la petite vieille qui se relevait après avoir raté la poignée nous lancer un objet contondant ( pierre ou morceau de béquille, je ne saurais dire ) en invoquant les dieux mauvais à l’encontre de nos mamans, preuve s’il en est que l’agression préméditée était bien au rendez-vous.

 » Eum’ méfie, moi… Eum’ méfie…. »

Ouf ! Merci PKP.

Fontaines à bières, 12 ans d’âge en veux-tu en voilà, cochonailles en tous genres, 300k g de saucisses, cous de girafe, gigots d’ours, cuisses d’autruche, piscine à bonbeck, tables de jeux, danseuses exotiques…. Gerg a fait les choses en grand. A part son short. Court, vu l’hostilité de la météo.

On se croirait à une mini convention, mais avec maxi prestations.
Et au milieu, trône une table, immense. Ce sera l’expérience ludique du week end.

En gros, une vingtaine de joueurs, des méchants qui veulent tout conquérir, des tribus indigènes sympas comme des routiers, des divinités, des mercenaires…. et un objectif secret pour chacun.

J’hérite de la paternité de la plus grande tribu d’indiens, les Khan. A tel point que j’ai même un fils, PKP himself aka « Tomawak à Mouches », a qui j’ai donné, en plus de mon amour indéfectible de père, une tribu pour lui tout seul afin qu’il puisse faire ses petites cochonneries sous le tipi en toute indépendance. Nous sommes à nouveau deux face au danger, comme Loïs et Clark.

Je monte une stratégie, j’en fais part à mes alliées, je lis la peur chez nos adversaires venus espionner, je prends mon fils à ma droite, et je pars au combat tel le grand chef Joshfar « Arc Sauvage » (et ouais…) que je suis.

Si j’avais su…

Si j’avais su quel serpent j’avais enfanté, sacré bon Dieu, y’a longtemps que je me serais servi de mes boules de Noël pour me faire un tam-tam pure peau !

Dès le deuxième tour, alors que j’étais prêt à fondre sur l’ennemi, le coupant en deux, PKP, ce fils indigne, ce Brutus, ce Sarkozy ralliant Balladur, me poignarda dans le dos pour quelques pièces d’or. Nan mais franchement, vous y croyez vous ????

 » Oedipe Powââââââââ !!!!!!!! »

Néanmoins, voyant en moi le père meurtri dont les larmes inondaient les plaines tandis que je montais rejoindre mes ancêtres, la grande Prêtresse des Mamelons, divinité suprême du jeu, eu la larmichette et me ressuscita, arrachant à PKP un cri de terreur :  » Hiiiiii ! « .

Ma vengeance allait être terrible…

Je décidais illico d’aller châtier ma chair et mon sang en tentant le coup de poker de l’après-midi : traverser le désert interdit.

Malgré les mises en garde de Gerg, je défiais donc les esprits ancestraux de Prax dans un combat à mort.

Avec une chance sur 100 de triompher, peu donnèrent cher de ma peau. Et pourtant… Mais je ne leur en voulais pas. Il ne connaissaient tout simplement pas encore Cafardo de la Vega en mode Terminator.

Le combat s’engagea, et en un unique lancé de dé…. les esprits me cassèrent la tête en deux !!!!

 » Waaaaaaah-ha-ha -ha !!! » LOL ! MDR ! PTDR ! !!!!!!!!!!! « 

Arrrrrrrgh ! Cafard crevé, PKP en transe, et la déesse qui me demande de lui rembourser ma résurrection.

Il était temps d’établir un camp retranché vers le buffet.

Enfin bon, notre alliance triompha quand même au final.

Puis de discussions en discussions, de verres en verres, le moment phare de la journée arriva : la remise des cadeaux.

Et là, Mesdames et Messieurs, l’armure se fendit.

A l’instar de ces groupes de Hard Rock dévoilant au travers de leurs slow de légende cette ultime sensibilité d’homme ne supportant plus l’enfouissement artificiel d’une pudeur ne demandant qu’a exploser sous le masque de leurs cuirs cloutés, Gerg fut ému. Comme un homme. Fier et droit, il nous fit sans réelle conviction le coup du moucheron dans l’oeil, mais le coeur y était. Gros comme lui.
Et ça nous a fait à tous plaisir de lui rendre à notre manière un peu de ce qu’il donne depuis si longtemps au monde du jeux.

Gerg est un monstre sacré du hobby français, mais c’est avant-tout quelqu’un de précieux. Et comme toute chose véritablement précieuse, c’est au fil du temps que cette évidence prend forme. Demandez donc à Gollum, tiens…

A la prochaine Gerg !

Prout !

Cafard

7 réflexions sur « TU QUOQUE FILI ! »

  1. Tain on dirait du Zola matiné de Chateaubriand mais en mieux *snif*

  2. Ah non, Azz! Là, tu dis n’importe quoi! PKP n’est pas un enc…

    C’est un GROS enc…

    🙂

  3. Bon anif à Greg, et PKP quel baltringue celui là, trahir Cafardo son compagnon de jeu de toujours 😀

Les commentaires sont fermés.