Le pshiiitage pour les nuls – Volume 1 choisir et nettoyer la bête

Il y à quelques temps, au GDL, un nouveau joujou a été livré.

Je ne parle pas d’un Rabbit ou autre jouet connoté, mais bien d’un superbe aéro !

Bon, malgré mes tendances disons… dépensières , nous nous sommes retenus et avons choisi de prendre le modèle tout terrain de Harder & Steenbeck : l’Evolution !

Comme au GDL on est organisés, nous avons fait un beau manuel d’utilisation. 

Et comme on est sympas, on vous en fait profiter 😉

Comme il ne s’agit pas juste de faire un copié collé, nous allons aussi voir le choix du matos aujourd’hui !

init12

Sachez que cet article est le début d’une mini série destinée à expliquer brièvement comment s’en sortir  avec cet outils.

Vous avez déjà pu apercevoir un article sur la panne courante du compresseur, nous allons donc continuer sur notre lancée !

Nouveau aéro 3

Je n’ai pas la prétention de vous donner des cours magistraux via ce blog sur la théorie des couleurs, la lumière etc etc… On voit ça en stage  et vous avez sur le net et en bibliothèque de très bon ouvrages pour vous y mettre comme celui de JBT qui est toujours près de moi malgré les années…

init13

Quoi que j’en donne parfois…. Dur de gardez les petits monstres concentrés…

Ici on va parler trucs et astuces, principes de base et idées à la con 🙂

Donc, pour bien commencer et vous éviter des heures d’arrachage de cheveux, voire de transformer l’aéro en projectile pour les nerveux / moins patients d’entre vous, on va voir le nettoyage et l’entretien !

nouveau aéro

On va commencer par le compresseur.

Je parlerais ici du compresseur à piston sec à cuve. Nous, nous utilisons le RM 3500 de MLD Products. Il est relativement fiable, délivre une pression constante et à un niveau sonore acceptable même en appartement.

Les bains d’huiles ont d’autres besoins spécifiques, notamment la vidange et la remise à niveau de l’huile. En règle générale ils disposent d’une cuve plus grande, même si on voit apparaître des modèles de salon.

Bref, pour le piston sec : 2 règles

La première, purger à chaque fin de séance la cloche de condensation (l’ampoule en verre sous le manomètre) . Pour se faire, appuyez simplement sur la valve qui se trouve en bas de la cloche.

init11

Allez, on purge !

Deuxième opération, dévissez régulièrement la vis de purge de la cuve, située sous la cuve. Attention il va en sortir un jus orange/marron qui, si il tombe sur la moquette, risque de faire criser votre moitié ou votre mère …

star wars

La fréquence de cette purge dépend du taux d’hygrométrie de votre région. Nos amis de Toulon seront avantagés par rapport à mes compatriotes Bretons… Une ou deux purges par an sont suffisantes, laissez sécher la cuve toute la nuit. Le jus peut être laissé à l’air libre pour récupérer du pigment de rouille par évaporation 😉

Bon, passons à l’aérographe proprement dit.
Les conseils généraux ci-dessous sont adaptables à tous les aéro : Prince August, Wiltec, Paasche … Attention toutefois, ils n’ont pas tous des joints résistants aux solvants, soyez donc prudents avec les Cleaner et autres Restorer qui peuvent les attaquer et/ou les rendre poreux et donc inefficaces.

new-pochette-de-joints-complete-cr-plus

La gamme que propose H&S tend à généraliser ce type de joint en téflon, ils sont en tout cas disponibles en pièces détachés.

Deuxième chose, prévoyez des vêtements qui ne craignent rien, un pantalon ruiné est vite arrivé, j’ai encore joué au con ce week-end et ça fait tâche, surtout avec un godet de blanc qui vous tombe entre les cuisses …

init6

Gant, masque, cabine, sous-main : peinture en toute sécurité !

Une pièce ventilée, une cabine d’aspiration si besoin, un espace dégagé et dépoussiéré sont vivement conseillés… Le dépoussiérage n’est pas que esthétique, il faut faire y attention sinon la poussière, le sable, le flocage de votre dernier socle vole et tombe toujours sur votre figurine, TOU-JOURS !

Aero

Voila, comme ça

Voici donc le modèle du club :

IMG_0552

Harder &Steenbeck Evolution  X (le X c’est pour aspiration...)

Alors, ici c’est donc un modèle à aspiration, ce qui va vous forcer à préparer votre peinture à l’avance dans des godets  mais celà vous évitera beaucoup de bouchage de peinture dans la buse.

Le modèle du dessus, l’Infinity vous permettra j’ajuster facilement la dureté de la gâchette, mais surtout de bloquer la course de l’aiguille avec un petit bouton et une molette, le Quick Fix.
Utile pour qui débute et n’as pas le temps ou la patience d’apprendre à gérer le débit de peinture uniquement avec ses gros doigts. Pour infos ce module de contrôle est vendu en pièce détachée adaptable sur l’Evolution. Une fois l’engin maîtrisé, le Quick Fix devient vraiment très peu utile.

Revenons à notre Evolution à aspiration. Une des raison de ce choix réside dans le fait que les éventuelles saletés dans la peinture ont moins de chance d’arriver dans votre buse que dans un modèle à gravité.

Mais son intérêt principal réside dans sa cadence élevée pour le changement de peinture. Il suffit d’enlever le godet, passer un coup de coton tige, et mettre un autre godet.

lot-de-5-godets-22ml-avec-plongeurs

Pour la dilution, je ne saurais que trop vous conseiller d’éviter le mélange Eau déminéralisée/ Alcool / Lave-vitre dans vos godets.
Ce diluant maison à tendance à faire des grumeaux en quelques heures/ jours avec la plupart des peintures. Ce n’est pas systématique, ça dépend des peintures, mais c’est quand même trop courant à mon goût.

C’est peu gênant avec un gravité car on aura vidé la peinture avant que ça grumelle mais ça l’est beaucoup plus avec un aspiration ou on garde une teinte dans son godet plusieurs mois.

Dernier avantage la dilution est maîtrisée car vous l’ajustez une fois et ensuite vous la gardez dans votre godet, à condition d’obstruer les sorties d’air avec de la Patafix ou du Blue-tac.

Vous gâcherez également moins de peinture qu’avec le gravité, votre peinture en surplus dans la coupe finissant souvent dans l’évier… Là il reste dans le godet pour sa prochaine utilisation !

Les godets sont réutilisables, surtout ceux en verre ! Pour les nettoyer, il suffit bien souvent de les rincer à l’eau si la peinture est encore fraîche.
Idem pour le tuyau « plongeur » qui se nettoie bien avec le kit de nettoyage de l’aéro :aag30-kit-de-nettoyage-pour-aerographe

les brossettes à gauche, le cure buse en orange et les goupillons à droite

Si vous voulez nettoyer votre godet et que la peinture est déjà un peu sèche dans le godet, vous pouvez le nettoyer avec notre mélange maison by Caf’ himself (eau déminéralisée, alcool et lave vitre).
MAIS rincez abondamment le godet, le mélange maison + notre diluant + la peinture sur le long terme risque de faire apparaître des grumeaux dans votre godet. Et ça c’est pas bon, car comme vous l’aurez deviné, ça bouche la buse…

k_ersatzteile_evolution_intro_20160418210456

Si vous n’avez pas encore choisi votre modèle d’aéro, vous vous demandez peut-être pourquoi investir dans un compresseur à cuve qui coûte 180€ ainsi que dans un aérographe de « marque » à plus de 100€ alors que l’on trouve des kit moins cher sur le net.

Voici mon avis, puisque c’est mon article 😉

Le compresseur, ne le négligez pas. La cuve vous garantit une pression constante et laisse le temps au moteur de refroidir.
Sur le long terme un compresseur bruyant vous fatiguera les oreilles et abaissera drastiquement  votre CAF.
Rien à voir avec notre maître des décors, je parle ici de la Capacité d’Acceptation Féminine, ressource que vous laisse à disposition votre moitié/maman et qui baisse plus vite qu’elle n’augmente. Pour nos lectrices, sachez que la CAM est tout aussi importante…

Autre chose, la cuve permet à votre compresseur de faire des pauses et donc de moins chauffer. Outre le fait que  ça l’abîme sur le long terme, ça à aussi la fâcheuse tendance à chauffer l’air propulsé.
Or, cet air chauffé aura une fâcheuse tendance à condenser et la cloche de condensation ne peut rien au delà d’un certain niveau d’hygrométrie.

Se retrouver avec un jet de flotte à la place d’un jet d’air n’améliore pas votre travail de peinture, loin de là.
A ce sujet,  choisir un cordon d’air avec filtre d’humidité intégré, ou brancher un filtre à humidité sur votre cordon, n’est pas une option à négliger si vous faites de longues séances.

 

Mise à jour du 09/03/2017

Depuis mes mésaventures avec le piston sec, j’ai investi dans un bain d’huile que l’on trouve chez Casto, normal me direz-vous, y a tout ce qui faut.

C’est un compresseur silencieux avec une cuve de 9L, l’air ne chauffe pas, facile d’entretien, peu gourmand en huile, je l’ai depuis 6 mois, c’est que du bonheur.

Pour l’aéro, au sein même du GDL il y a débat.
Caf’ à fait tous ses superbes décors avec un aéro chinois à gravité bien connu sur Ebay et il le défend bec et ongles ! 😉

HA0000801_3_001

Moi, je le trouve moins pratique d’entretien, le démontage/remontage est plus compliqué, la gâchette est moins précise dans sa course, la prise moins assurée et la tête de buse a tendance à faire des gouttelettes qui peuvent ruiner votre boulot si elles sont éjectées.

Mais, si vous ne souhaitez pas peindre des rivets de Warjacks, ou u OSL sur un œil de figurine 32 mm  ça peut être largement suffisant ! Ça ne coûte pas cher et ça peut être un bon point pour démarrer vos aplats, vos tank et vos décors. Il ne faut pas négliger qu’il tourne autours de 40€ avec 3 tailles de buses/aiguilles…

Pourquoi choisir un gravité ? Pourquoi choisir un aspiration ?

Après tout, il ne s’agit pas de dénigrer l’un ou l’autre, mais de choisir l’outil adapté à vos besoins.

Vladd Painting utilise un aspiration, Studio Giraldez un gravité…

Dilemme, dilemme …  Tâchons de les départager. 😉

13012873_1086785164715723_5866688270344029387_n

L’aspiration vous permet de travailler plus vite, à condition d’investir du temps (et de l’argent) dans la préparation et l’organisation de vos godets. Vous passez d’une couleur beige à un rouge en 5 secondes chrono sans problème.
De plus, la coupe du gravité peut vous gêner pour viser, surtout au début, alors que l’aspiration ne vous pose pas ce soucis. Mais niveau ergonomie il n’est pas simple de savoir où mettre ses doigts au début (je vous vois venir) avec un godet qui pend.

Enfin, si votre mélange est mal fait ou qu’il y a des grumeaux, vous avez plus de chance de na pas être embêté avec les aspirations. En effet, avec le gravité, le grumeau tombe au fond et est forcément aspiré dans le corps de l’aéro, droit vers la buse.

IMG_0948

Mais, le gravité à pour lui le gros avantage de vous permettre de modifier la teinte et/ou la dilution facilement et en cours de route.
Votre beige tire trop sur le sable ? Hop, une goutte de blanc ! Votre peinture donne un petit effet farine ? Hop quelques gouttes de diluant !
Idéal pour peindre une figurine individuelle comme la gamme Infinity ou Malifaux…
Dans la même veine, vous pouvez vous permettre de facilement tester une teinte ou d’utiliser une peinture juste une fois de temps en temps. Avec l’aspiration, il faut quasiment prévoir un godet pour chaque peinture.

Si en revanche vous avez une armée populeuse de Trollbloods à faire, ou une hordes de beast à la Vayl T4, l’aspiration vous fera gagner du temps.

Bon, après ce petit point sur le matos, continuons les recommandations d’usage !

IMG_0553

La bête démontée, avec tous les éléments. S’il vous en manque un, c’est qu’il y a un problème.

Principe général, la gâchette doit avoir le bord plat vers l’avant. Si vous vous trompez de côté vous allez vite vous en rendre compte, votre doigt va méchamment glisser lors de votre session de peinture…

init8

Important, les équipements de protection…. 

Il vaut mieux insérer l’aiguille par l’avant de l’aéro, en faisant passer le cul de l’aiguille en premier. Sur le long terme ça use plus vite le joint presse étoupe (voir plus loin) MAIS cela diminue énormément le risque d’abîmer l’aiguille. Surtout la 0.2mm et la 0.15mm, à 15€ pièce pour rappel, alors que le joint c’est 3€… A vous de voir 😉raccord-rapide-pour-aerographe-tp_6136552710441783489f

La prise rapide est une option pratique, mais si elle vous embête vous pouvez la retirer. Il vous faudra souvent acheter un raccord (1/8 sur notre modèle) de prise rapide pour adapter la sortie de votre cordon.

IMG_0554

Focus sur la « tête » de la bestiole. De gauche à droite :

Tout à gauche, le cache buse.
Il vous permet de protéger l’aiguille tout en peignant. Il existe le modèle ci-desuus, la collerette vissable , ou le U clipable :

tete-fine-line-015---02-mm

Inconvénient du cache-buse pendant la session de peinture, il est plus dure de nettoyer votre aiguille pendant l’utilisation, ce qui arrive fréquemment… à vous de voir ce qui vous arrange mais ayez pitié de vos pauvres aiguilles… En tout cas, le cache buse est indispensable pour le stockage et le transport de l’aérographe.

Ensuite, au milieu, la tête de buse.
Rien de particulier, elle se visse sur le corps et maintient la buse en place, à nettoyer sans se prendre la tête à la fin de la session (brosse à dent si vraiment c’est crade).

Enfin, la buse avec son joint blanc.
Si le joint est abîmé  pensez à commander ce joint. En règle général, achetez toujours un kit de joint d’avance, ça vous évitera de perdre ce dimanche après-midi que vous avez réussi à négocier/planifier…

La buse, c’est là où l’aiguille vient buter, c’est par là que passe la peinture, c’est souvent là où ça merde bouche…

Si votre buse est bouchée (pas de peinture qui sort ou débit faible/ ça crachote/ le godet fait des bulles…), utiliser le cure buse, une vieille aiguille tordue ou les petites brosses de dentistes pour faire sortir les grumeaux.

IMG_0555Deuxième moitié

Ici, le corps de l’aéro !
La partie dorée sert au contrôle de l’aiguille. La gâchette vient pousser cette pièce vers l’arrière et le ressort à l’intérieur la ramène en avant. N’oubliez pas de resserrer le serre aiguille après avoir remonté la bête, c’est son job de maintenir l’aiguille pour la faire bouger … Ne rigolez pas, ça arrive souvent … Vous tirez la gachette la peinture ne sort pas et vous vous retrouver à nettoyer votre buse en la pensant mal débouchée…

Dans la corps de votre aéro, là où on met la gâchette, le simple passage d’un coton tige mouillé à la fin de la séance doit suffire pour le nettoyage.

Si la partie où se trouve la gâchette est pleine de peinture, c’est que le joint presse étoupe est en train de lâcher. Dès qu’il faiblit, le débit de peinture est plus faible, ça crachote … il faut alors le changer.

L’opération peut faire peur, en fait c’est rien. Il vous faut, soit un petit tournevis d’électricien, soit l’outil spécial fait pour ça :

outil-pour-changement-de-joint-presse-etoupe

Le joint presse étoupe c’est ça :

kit-triple-joints-d-aiguille-presse-etoupe

Dans le petit cylindre doré il y en a entre 1 et 3 joints (ça dépend des modèles et de l’épaisseur du joint). Il suffit de sortir les vieux et d’en remettre un ou plusieurs neuf.

Il se trouve ici :

IMG_0556

Vue depuis l’arrière du corps de l’aéro complètement démonté.

Ensuite on revisse le cylindre, on remonte l’aéro et hop.

Allez, passons au nettoyage à proprement parlé 😉

Pour ceux qui veulent un step by step de comment bien nettoyer son aéro pour éviter les emmerdes, suivez le guide !

Petit récapitulatif des étapes de nettoyage

Entre chaque couleur

Souvent, passer un ou deux cotons tige mouillés suffit. Si vous passer d’un rouge à un crème, un coton tige imbibé de nettoyant (différentes marques fonctionnent bien) ou de « mélange maison by caf’ himself » peut aider.
Pensez ensuite à passer de la flotte pour rincer le produit via un godet dédié d’eau déminéralisée ou avec un coton tige trempé.

De temps en temps godet, si vous avez bossé longtemps et que vous voulez nettoyer un peu la buse sans tout démonter, passez un petit coup de nettoyant, ça ne fait jamais de mal.

A la fin de votre séance de peinture

On passe un ou deux cotons tige mouillés et un peu de nettoyant pour rincer les résidus de peinture.

On démonte l’aéro, on imbibe un coton ou du PQ avec du nettoyant et on nettoie l’aiguille (sans toucher la pointe, jamais, never….) et éventuellement sur le corps si de la peinture à coulée (ça arrive régulièrement…).
Pensez à bien rincer le corps de l’aéro si vous passer du Restorer dessus. C’est huileux comme produit, ça colle aux doigts donc si ensuite vous poser le doigts en question sur votre figurine …

Dans le corps, là où  passe l’aiguille, on peut passer la toute petite brosse si ça accroche, mais ce sont surtout les tiges torsadées (goupillons) qui sont utilisées. On l’imbibe d’eau ou de nettoyant et on passe gentiment la tige.
On ne frotte pas comme un bourrin si ce n’est pas nécessaire, ça abîme le joint presse étoupe….

ON NETTOIE LA BUSE. Même si elle n’avait pas l’air bouchée, on la nettoie bien. Sinon, une fois sec, quand vous reprenez l’aéro vous êtes bon pour perdre  30 minute à tout curer. Ça brise votre session peinture croyez moi…

Bon,  en vrai, une fois que vous serez sûr de vous, quand vous diluerez beaucoup pour travailler de près en buse de 0.15, vous pourrez tenter de juste passer un ou deux pschiit de nettoyant. A condition d’avoir des peintures nickel et de purger régulièrement en cours de peinture.

Si la peintre accroche, vous avez un produit très efficace : le Créatex RESTORER

410GGDUbodL._SY300_

Pour info, testé en vrai, ce produit miracle est capable de nettoyer de la bombe de peinture Naurauto sur une carrosserie sans abîmer la laque de base. Testé et approuvé sur ma Polo ^^

Ensuite, rincez bien la partie nettoyée avec ce produit qui est assez huileux. Un coup de nettoyant, un coup de flotte et c’est fini.

Avant de remonter l’aéro, mettez un peu de lubrifiant dans la valve d’air, sous la gâchette ça ne fait jamais de mal. Vous trouverez des lubrifiants pour mécanique fine avec une aiguille pour doser dans les magasins de modélisme.

Pour ma part, je n’utilise jamais de bain à ultrason. On en à un au club, j’ai testé après mon nettoyage habituel, je n’ai pas vu d’amélioration. Bien purger et nettoyer régulièrement suffit de mon point de vue.

Prochain chapitre, la dilution, la peinture et les petits à côté 🙂

IMG_1239

A pluche !

Celti

4 réflexions au sujet de « Le pshiiitage pour les nuls – Volume 1 choisir et nettoyer la bête »

  1. Merci beaucoup pour ce tutaéro !
    J’étais à la recherche d’informations sur la prise en main, l’entretien et les avantages/inconvénients des différents modèles et cet article répond parfaitement à mes attentes.

    Ayant dans les 15 000 points d’Empire V8 Battle à peindre/repeindre je n’avait pas le courage de tout faire au pinceau.
    XD

  2. Avec plaisir, maintenant il va falloir te lancer ! 🙂

    15000 pts d’empire… J’ai les yeux qui saignent rien qu’à l’idée de peindre autant de troupiers …

  3. J’attends l’épisode qui parlera de la cabine de peinture 🙂

    Sur les photos, j’ai vu que vous utilisiez des masques chirurgicaux. Ces masques ont pour but de bloquer vos propres projections et non-pas d’empêcher d’entrer les produits qui émanent de l’utilisation de la peinture.
    Pour empêcher les émanations de passer, il faut des masques à la norme FFP2. 🙂

  4. Nan, mais c’était pour montrer l’exemple 😉 … Effectivement a part les grosses gouttelettes en suspension, et encore, ça ne retient pas grand chose, d’où le local ventilé et la cabine parce que le masque complet avec des lunettes c’est juste pas possible ^^

    Pour la cabine, le projet est en cours pour une méga hotte aspirante, en attendant on à la petite portative 🙂

Les commentaires sont fermés.