Blood and Rust : un voyage inattendu !

LE DEBRIEF DU CAFARD

dsc01656

Quand on a lancé le premier tournoi Bloodbowl, les Quarantequaïeux nous ont dit que les Bowleux étaient des ivrognes décérébrés.

Quand on a lancé le premier 40K, les Bowleux nous ont dit que les Quarantequaïeux étaient des autistes compulsifs de la win.

Et quand Celti a voulu lancer Warmeuch, les Quarantequaïeux et les Blowleux nous ont dit que c’étaient leurs inadaptés qui se lançaient dans l’escarmouche.

C’est vous dire si on fonçait dans l’inconnu…

Alors, quand la grande s’est pointée avec Vincent pour nous proposer le BLOOD and RUST PROJECT XB-274 6544 Z,  on a bien entendu dit oui tout de suite. Rendez-vous compte : une rencontre avec des mecs que  les geek  traitent de nerd, ça ne pouvait qu’augurer du glorieux !

img_2382

C’est donc vers 2,3 grammes que les contours du projet furent définis au GDL, et la fine équipe réunie.

DIGITAL CAMERA
DIGITAL CAMERA

Avec en plus un nouveau X-Man dans l’équipe orga si on excepte évidemment le Pr V aka Vincent d’Uchro dans la mesure où ce dernier ne vient pas du Gédéland mais d’Uchroshire.

Mi homme mi labrador, 69 kg d’hyperactivité névrotique, le pouvoir d’avoir un avis sur tout le spectre connu des connaissances humaines jusqu’à 3 années-lumières de la Terre et la capacité d’imiter Jacquouille en 14 langues et 6 dialectes dont le braille, j’ai nommé :

LITTLE SURFER !

dsc01451

Nan merde, pardon, j’ai nommé :

LITTLE SURFER !!!

30

« WOUAF-WOUAF ! »

Surnommé également « Papoose Soleil » en Fab’tranie, il eut pour mission LA mission délicate du tournoi : fabriquer une table pour Shake Effect en une semaine.

« Papoose Soleil pas peur défi ! lanca-t-il en agitant son tomahawk à mouches tout en se frappant du poing la poitrine.  Moi avoir chêne centenaire dans pagne et fruits jumeaux aussi gros que ceux de tatanka dans prairie ! Homme-insecte renvoyé oubliettes comme pet de marmotte dans tipi j’ai dit ! « 

a19

A n’en pas douter, cette dernière remarque s’adressait à moi. Il est vrai que depuis son arrivée au Gédéland, il fut pour moi une sorte de fils prodigue un peu taré… un Dexter francilien qui n’attendait qu’un guide pour ne pas sombrer dans les travers de son dark passenger… un Anakin champenois à l’ambition destructrice… un Prométhée nubile… bref, une fin tragique en puissance  sur l’autel  oedipien d’un parricide.

Je m’étais imaginée celle-ci drapé de soie sur les marches de la BNF tel César sur celles du Sénat, m’écroulant au ralenti sur une musique d’Hans Zimmer. Ou bien en robe de bure dans l’étoile noire, sabre au clair face aux hordes impies sur un riff d’AC/DC, emportant avec moi mes ennemis en glissant une dernière main au cul à la princesse éplorée. Et pourquoi pas en singe géant au sommet du Leroy Merlin d’Ivry, vaincu par le désarroi plus que par le plomb d’un pilote blond au staccato rigolard….

Au final, celle-ci fut conforme à un épisode moyen d’une série à suspense allemande de la ZDF. J’aurais aimé plus de panache sans doute, mais l’essentiel est sauf : it’s alive !

Surfer s’est libéré de ses chaînes, et Cafard peut se retirer de la partie pour méditer sur le secret du brossage à sec ultime, d’autant que se profile déjà à l’horizon le fils prodigue de Surfer :

XANN le Buffysémite !

et sa table électrisée du prochain Blood and Rust

( alerte spoiler )

Surfer se lança donc corps sans âme dans son entreprise de désinsectisation.

19

Gravant jour et nuit,

17

dessinant,

16

collant,

13

foutrant,
10

créant,

9

peignant,

6

autant motivé par sa haine que par sa quête, le regard fou et le geste parkinsonien,

7

il surpassa le maître,

3

lequel reconnu sa défaite,

4

sous  le regard flegmatique de Cap’tain Igloo dans sa position favorite du glandeur immobile,

5

et celui carnassier de Xann dans sa position favorite du vautour de Mandchourie.

3

Une semaine,

une table,

e

qu’est-ce que je m’aime !…

4

« Avé moi-même ! »

Heureusement que Yo et Dav’ étaient là pour tempérer un peu le P’tit Prince  sinon c’était un coup à ce qu’il commence à se tripoter sur des photos de lui !

5

« Tu vois Dav’, ça c’est le melon de Surfer par rapport au mien. »

Que dire de plus ?

Que j’en ai marre d’écrire ?

Sans doute…

Alors pour conclure, ce Blood and Rust fut pour nous une heureuse surprise tant la communauté Warmeuch se distingue des autres par  sa capacité à ne pas perdre de vue qu’on est là pour s’amuser en oubliant que la fin du monde nous tend les bras.

J’espère que le plaisir fut partagé pour vous, car pour nous, on remet ça l’année prochaine avec des surprises en plus.

En attendant, un peu de repos ne fera de mal à personne…

1

PS :je voulais mettre une petite coupelle et une pancarte mais je n’ai pas osé 😉

Prout !

Cafard

2 réflexions sur « Blood and Rust : un voyage inattendu ! »

Les commentaires sont fermés.