LA CHUTE DU SURFERNANCIEN !

Surfer, on dit de toi que tu es beau, riche, intelligent, spirituel, cultivé, talentueux, fin, fort, viril, drôle, charismatique, charmeur, créatif, membré comme un panzer, et j’en passe… mais en réalité, quelle est la part de vérité ?

« Juste tout, mec… »

C’est pourquoi, en me réveillant ce matin, j’avais une furieuse envie envie de casser quelque chose de beau.

Voici donc :

LA CHUTE DU SURFERNANCIEN !

Deux sms plus tard, on se donne rdv avec Surfer pour en découdre sur la table.

On lance le dé, scénario à celui qui fera tomber le plus de PV et de points de Destin.

On place les décors comme sur le bouquin de règle, manque de bol faut une rivière, le seul truc qu’on n’a pas ça au club.

Le temps que Surfer aille se chercher un grec, j’en fait une à l’arrache.

Sûr de sa force et désormais boosté à la sauce blanche, le Surfenancien se déploie agressif à l’orée de la rivière.

Moi, pas con, je me planque.

Il entre dans la rivière à vitesse lumière de 2 ps à l’heure avec sa cavalerie, ce qui me laisse le temps d’investir la colline avec mes archers.

Gaffe à ses araignées pète couilles en embuscade, mais Erkebrand veille.

A quoi ?

A pas se faire buter surtout, car sans lui c’est la cata !

Pendant que sa cavalerie fait mumuse dans l’eau, je place la mienne comme un débile dans un défilé façon 300 où deux socles ne passent pas côte à côte, et je vois gros comme une maison qu’il va me faire un remake du film avec un troll.

Il me faudrait l’init…

et bien sûr je ne l’ai pas.

En plus j’ai bloqué Eorl avec d’autres cavaliers et je peux même pas faire d’action héroïque intéressante.

Voyant ça, Stephen Hawkins décide de sortir de son fauteuil en se léchant les babines.

Sa cavalerie traverse, mes flèches tuent des pigeons, et Eorl va se manger un troll avec le roi sorcier qui va lui envoyer injonction.

Et BAM ! 

Il place un troll pile devant la sortie du défilé et au prochain tour je suis mort.

Sa cavalerie quant à elle vient enfoncer mon bloc avec l’appui de l’autre troll ( oui, oui, on countase à mort).

Toujours dans sa position Hawkinsienne, le Surfernancien voit se profiler la victoire.

Mais comme dans tout bon film pour esprit faible, si le gentil se fait malmener au début c’est pour mieux triompher à la fin.

Dans un élan que je qualifie de « beau jeu » et Surfer de « coup de chatte de merde »,  mon chef archer fait un 5 pour toucher ( ses figs sous couvert de je ne sais quelle aura malfaisante ne se touchent que sur du 6 ), je grille un point de puissance pour faire un 6, je lance pour blesser et…6 !

Il me faut un 4 ensuite pour confirmer la blessure et…. 4 ! Je blesse, oui Monsieur !

Reste la capacité de mon chef archer à retirer 1D3 PV aux monstres, je lance et…6 !!!

Head shot le troll !

Je danse comme Travolta et Surfer avale trois phalanges.

Mais c’est pas tout, après avoir laissé Surfer s’approcher au plus près de mes lignes avec sa cavalerie, Arwen déclenche Colère de la Nature et transforme toute sa cavalerie en piétons MOUWAWAWAAAAAAAAAAAAA !

Mon piège fonctionne !

Le Surfernancien a beau mesurer et re mesurer, je dis :  » ASS, ASS, BABY ! » comme le chantait Vanilla Ice.

Enfin, c’est ma version…

De l’autre coté, ca va pas mieux pour le Mal, Erkebrand décide d’avoir des burnes et part à la charge avec sa troupe et le deuxième pack de guerriers.

Du sang noir et des pattes d’araignées plus tard, le Mal abdique sous les moqueries du Bien personnifié par Moi.

Finalement, j’ai trouvé un défaut au Surfer…

Prout !

Cafard