UNE BREVE HISTOIRE DE MODESTIE

CELTI par…

YOHANN !

A l’initiative de lui-même, Celti avait décidé que Heavy de FWS allait faire son  interview durant le D1 à 11h32 précises.

Heavy se sentit, comment dire… si honoré d’une telle proposition qu’il se fit une joie de spontanément accepter. Joie néanmoins bien moins intense que celle de retrouver sain et sauf son chien mystérieusement kidnappé par le non moins mystérieux groupuscule   » Breizh Celtek Tirelacouët  » !

Toorop de Commandeur TV n’eut pas cet honneur, lui. Faut dire qu’il n’a pas de chien aussi…

C’est donc à 11h32 qu’Heavy entama ce qui allait être un grand moment médiatique.

« – Non, non, Yo, la lumière n’est pas méchante… light is good….light is our friend…

– Mais pourquoi elle me fixe comme çaaaaaaaaaaa alors ?

– Parce que vous êtes beau… houuuu qu’il est beau le Yo ! Bon, c’est pas le tout, mais j’ai encore ma moto à libérer.

-Tout d’abord, bonjour Yohann. Puis-je vous appeler Yo ?

-Tu peux Nous appeler ainsi scribe.

-Pour ceux qui ne vous connaissent pas…

-Pardon ???

– Nan mais c’est la…. enfin… comment… bon, Yo, imaginons que vous soyez dans un monde parallèle d’une dimension inconnue dans lequel personne ne vous connaisse, comment vous présenteriez-vous brièvement afin que l’on apprenne à à connaître un peu l’Homme que vous êtes ?

-Huuuum…. ça ne m’est jamais arrivé encore, mais…. mais allez, jouons le jeu mon bon barde ! Et comme on dit en Bretagne :  » Le menhir danse, mais le dol mène ! ».

-???

-Alors voilà…

j’ai débuté dans le hobby 9 mois avant ma naissance. J’avais organisé dans les bourses de mon père une course d’orientation d’inspiration quête style FPFMG –First Person For My Gueule- durant laquelle mes 500 millions de camarades perdirent la vie après un malencontreux faux-départ en bouche.

A 2 ans je terminais Math Spé, je gravissais l’Everest torse nu pour mes 3 ans, et après 16 Nobel, 9 Pullitzer, et un mariage avec Alyssa Milano à qui j’avais offert le Coeur de l’Océan récupéré en apnée dans l’épave du Titanic, je décidais pour mes 5 ans de faire quelque chose pour sortir le monde de la fig de l’obscurantisme.

-Tiens donc ?…

– J’étais sur la plage de sable blanc de St-Krevet en Varech, entre l’usine de retraitement de lisier porcin et les charognes d’équidés en décompositions dans les bancs d’algues vertes, quand je fis la rencontre d’un anglais hagard au teint laiteux qui cherchait sur la terre de ses ancêtres – car NOUS les bretons sommes les ancêtres de tous les peuples…sauf des Roms peut-être… – un sens à sa misérable existence de geek insulaire.

Entre deux couches de crème solaire au beurre salé, je lui fis part de quelques réflexions hâtives gravées avec mes dents sur des galets , et quelques années plus tard, il fonda sa petite échoppe. Il s’appelait Jervis Johansson. Et c’est en MON honneur, afin de ne pas me gêner connaissant ma pudeur, qu’il se renomma Johnson au lieu de Johansson car Johan vient de Yohann qui est le père de tous les prénoms.

-Vous…vous êtes à l’origine de la création de Games Workshop ???

– Ben oui pourquoi !??

– Heu, non, non…Et ensuite ?

– Oh, rien de bien passionnant… j’ai écrit un scénario sur un parc de dinosaures, commis un livre sur le code de De Vinci lors d’un trajet gare du Nord-Châtelet, inventé le pinceau creux à propulsion de peinture en spray via un courant d’air sous pression issu d’une cuve, formé à la peinture le petit Fabrice Tran et son copain Vladd qui avait déjà une barbe à l’époque, et quelques petites choses dont je n’ai plus le souvenir.

-Et aujourd’hui que nous sommes ici, que représente le D1 pour vous ?

-Rien.

-Même pas…

– Non.

– La vraie question mon petit troubadour, est : qu’est-ce que JE représente pour le D1 ?

-Ben allez-y….

-En toute modestie, je représente un phare pour la communauté. A l’image de mon illustre arrière arrière grand-père le corsaire…

-Surcouf ?

-Nan, Surbouffe ! Epicurien élevé au kouign-amann fourré au saindoux, il est mort dans la rade de St-Malo. Il a coulé avec son bateau à 9 m du quai. Il a traversé les ponts en sautant de joie après le départ. Mais il était corsaire comme Surcouf.  Et son histoire porte en elle cette morale que quoi que l’on pèse, ce sont les autres qui nous portent.

-C’est beau.

-Nan, c’est magnifique ! Et je porte en moi cette mission de guide. A moi de les emmener vers les sommets. Mes brebis, et je suis leur berger.

-Les Bisounours une nouvelle fois vainqueurs, vous allez donc les emmener à Zagreb ?

– Vous savez, je les aime bien. Surtout leur capitaine, celui qui essaye d’apparaître sur toutes mes photos là… Mais soyons honnêtes : sans moi, ils restent des joueurs de quartiers. C’est pourquoi j’ai décidé d’être leur Capitaine/Coach/Préparateur physique/Mentalist/Agent/Manucure.

-Ca a dû leur faire un choc ?

-Ils ne le savent pas encore. Je veux qu’ils demeurent humbles vis à vis des équipes étrangères.  Avec les réseaux sociaux, cela irait vite d’aller se vanter de la victoire auprès de nos amis européens, voire même de faire annuler l’ETC faute d’enjeu, et ça je ne le veux pas.

-J’imagine qu’en retour, vous recevez un  amour immodéré de la Communauté.

-Absolument. Tout le monde m’aime. Des Hauts de France jusqu’en Bas de France, et j’associe les Dom-Tom et territoires non-affiliés, tous ont envie de me donner de l’amour. Certains même par une voie que la nature a destiné à l’évacuation, c’est vous dire !

– Et bien merci Yo pour ce grand moment, le plus grand de FWS. Une dernier mot peut-être ?

– On est de la famille toi et moi, alors longue vie à ta chaîne, tu peux tout me demander mon frère !

– J’peux juste récupérer ma moto s’il vous plaît ?… »

Prout !

 

Caf’

3 réflexions sur « UNE BREVE HISTOIRE DE MODESTIE »

  1. Énorme. Quel dommage de ne pouvoir joindre le mp3 du rire de la hyène. Je crois que c’est le meilleur en 10 ans. Terrible.

Les commentaires sont fermés.