BILDERBERG !

C’est moi qui ai trouvé le titre tout seul. Sam n’a fait que me le dire.

La réunion secrète des illuminati du Phoenix des Cigares du Pharaon de la Loge Haute du Temple Solaire s’est donc tenue comme chaque année le week-end de la Fête Nationale. Et seuls ceux présents pourront dire : «  J’y étais ! »

La fine fleur du GDL fut donc conviée au Castle Drone pour y définir la politique étrangère du Gédéland pour les 6 mois à venir, ainsi que l’orientation géopolitique choisie au niveau meta. La crise iranienne ne fit l’objet d’aucune déclaration d’intention. En revanche, la contextualisation de la sieste de Wulf attira foule et permis l’expression de nouvelles pistes de travail.

La photo étant interdite aux moins de 18 ans, vous la trouverez dans les méandres du discord GDL. Mais elle donna le ton du week-end. Un vrai temps de réflexion mêlant respect et finesse.

Départ vendredi soir du Gédéland. Assez d’alcool dans le coffre pour nous envoyer en orbite en cas d’accident. Assez de bidoche sous les sièges pour tenir un hiver entier en cas d’attaque surprise des russes. Assez de jambon pour provoquer une guerre de civilisations. Deux voitures en convoi façon go fast. Je me retrouve dans la Dronemobile avec Wulf. Req est dans le chalutier d’Azel. C’est pas moi qui vais m’asseoir sur un hameçon de baleinier ou un Rapala pour mérou, cool. A la place, je suis à l’arrière dans le Faucon Millénium pour un trip de deux heures en 12 parsec dans le Kessel run. J’aurais dû choisir l’hameçon…

On arrive enfin.

Comme un retour sur une terre qu’on n’a jamais vraiment quitté, tout est à sa place. C’est à dire dans le chaos le plus complet. On décharge, je dépose des sacs dans la cuisine et me retrouve dans Matrix. Explosion de rire.

La nuit s’approche sans tomber, et les migrants plantent leurs tentes. Enfin, essayent….

Deux approches, deux mentalités, deux cultures.

D’un côté le pragmatisme teuton de Wulf : tente basique, tapis basique, sardines basiques, sommeil basique, 12 minutes.

De l’autre : la démesure égyptienne d’Azel : tente en polycarbonate de silicium sur airbag auto-gonflables au méthane de fennec, 6 pièces en enfilades, 2,40 m sous plafond, matelas king size en laine de faisan, système anti-moustiques à induction spontanée, connectique de Rafale, entrée sécurisée par sas à triple épaisseur, cave, double ascenseur, terrasse paysagée, 14 heures de montage.

On regarde ça d’un oeil distant en testant les premières bouteilles tandis que Drone décide de lancer le feu.

Enfin un feu…. un bûcher serait plus juste. De quoi réanimer la forge d’Avengers !

J’ai pas l’air con avec mes trois brindilles à faire le barbecue pendant que Req tente de monter, le petit coquin, ma fente de Nurgle.

On bouffe, on picole, on s’éloigne du feu pour pas le prendre justement, et on va se pieuter en titubant.

La nuit fut calme. Req ne claqua pas des mains en soupirant, Wulf était trop loin et la chambre du violeur laissée vide.

A 3h du mat’, Aristote vient se pieuter un peu avec moi, puis repart. J’ai qu’une trouille, que Pascal l’imite et me saute dessus à son tour tel un missile balistique nord-coréen. Au mieux, je finirai encastré dans l’armature du canapé.

Samedi, Connasse et Vulk arrivent. Les débats peuvent débuter. Evidemment, la teneur de ceux-ci ne peut être dévoilée ici, vous le comprendrez aisément, mais les débats furent riches et animés .

Est-ce la chaleur ? La tisane du Texas ? Les tartines de houblons ? D’un coup, au milieu d’une empoignade autour du plus beau fessier féminin de GoT, Connasse s’empara d’une pioche et décida de nous faire un remake de There will be blood.

1 heure plus tard, notre camp de rom était doté d’une fosse à grizzly.

Face à une telle débauche d’énergie, un conseil restreint s’organisa rapidement à quelques pas de là, digne repos des travailleurs.

Ce fut le premier fait marquant du week-end. Azel, perfide parmi les perfides, nous fit découvrir une vidéo hypnotique de moutons érotiques dont la lancinante mélodie hante encore nos rêves.

Une seule alternative pour oublier : la table.

Et là, le deuxième fait marquant du week-end. Alors que Connasse craqua au bout d’un burger, Wulf, outsider improbable, franchi la ligne d’arrivée avec 3 burgers au compteur !!!

La perf du week -end !

Sous ses airs de commissaire politique débonnaire se cache un prédateur de la pire espèce.

La soirée se prolongea au coin du feu, entre confidences improbables, mélanges divers, désossage de jambon, gerbes de schlivo dans le feu…. spectacle dantesque d’une certaine idée de la vie à la gédéleuse.

L’art de vivre la vie simple des joies basiques d’une bande de potes.

La visite du vide-grenier du dimanche fut un moment particulier. Outre le fait qu’on a réussi à tous se perdre alternativement, et que j’ai reussi à déniche une petite perle pour les décors SDA du futur tournoi GDL, on s’est payé une bonne tranche de rire dans ce village démentiel.

La vision des gédéleux arrivant un par un pour s’asseoir autour de la fontaine tels les 7 mercenaires méritait une photo qui ne sera malheureusement présente que dans nos têtes avant qu’Alzheimer ne vienne tout voler.

Le départ fut difficile. L’envie de repartir moyenne. Mais les souvenirs sont gravés.

Pour moi c’est ça le GDL.

Des parenthèses enchantées.

Monde de merde… mais pas toujours.

Les jambons n’ont pas survécus.

Prout !

Caf’


Une réflexion sur « BILDERBERG ! »

Les commentaires sont fermés.