La recup’ c’est la vie !

Bien le bonjour à tous et à toutes, ainsi qu’à ceux qui n’entreraient pas dans ces catégories ( mutants, aliens, zombies, batraciens, Connasse, et j’en passe…).

La récup’ c’est la vie . Ou plutôt, quel sens exact peut-on donner à cette citation de Pasteur…. ou bien Descartes… ou je sais plus….mais c’est pas de Nadine Morano, ça c’est certain.

Bref : « Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme« .

Cette citation souligne la capacité des choses, vivante ou mortes, à perpétuellement se renouveler au sein d’un schéma holistique prégnant et pas nécessairement conscient.

Deux exemples afin d’illustrer mon propos.

Malgré ses dénégations, nous n’étions pas franchement dupes que la rencontre avec une tyrolienne lancée à 90 km/h en pleine tronche allait être sans conséquences pour notre cher et tendre Vulk’. Et pourtant, en dépit de nos observations subtiles, le dit Vulk’ n’était ni plus ni moins con qu’avant. En un mot, il n’avait apparemment pas changé. Et pourtant, la transformation était là.

Car désormais, Vulk’ est capable de rentrer par sa narine droite des baguettes chinoises pour en ressortir à volonté des spaghettis par la bouche !

Si c’est pas la démonstration irréfutable de la citation de Lavoisier ( oui, j’ai cherché sur Google entre temps ) adaptée au vivant, que l’on me ligature les glandes séminales avec du barbelé rouillé !!!

Le vivant étant traité, qu’en est-il du non-vivant ?

Et bien voilà. Comme je l’ai martelé un nombre inqualifiable de fois, les vide-greniers et les enfants sont des sources intarissables de fournitures décors. Les premiers sont légèrement payants, les seconds ne courent pas encore assez vite.

N’hésitez donc pas à proposer vos services pour garder les enfants de vos amis désireux de sortir se murger la tronche pour oublier cette sombre histoire d’oubli de pilule. Ils seront heureux d’économiser une baby-stitter. Et vous aussi. Mais pas pour les mêmes raisons.

On prend donc un jouet avion assez gros pour tenir dans un sac de sport en sortant de chez ses potes bourrés qu’on va découper en quatre.

Et on le travaille rapidos après une couche de base : 3 h, pas plus !

Et voilà la démonstration numéro 2 de la transformation du non-vivant.

Moi j’vous l’dis, la récup’ c’est la vie !

Et c’est pas Ensi et Raiten qui me démentiront.
Façon y peuvent pas vu que c’est moi qui écrit.

Et Marceau non plus.

Va y avoir de faire des scenar avec les armées du club.

PS : Qui veut que je vienne garder ses mômes ?

Prout !

Caf